Interview du 28 septembre 2015

29/09/2015 08:16

Profitant de son séjour en Europe le PDG de GTX airlines Monsieur TRUPHEMUS a accordé un interview a deux journaux financiers : The Financial Times et Forbes.

 

4 points principaux ont été abordés :

  • Vous venez de quitter Phoenix Alliance pour quelles raisons

    • Il est hors de questions que je vous dise du mal de Phoenix Alliance. Très certainement il y a eu une usure de part et d’autre, Très certainement des pratiques différentes entraînants des résultats divergents ont accentué une trop grande différence entre ce que souhaitait GTX et ce que pouvait apporter Phoenix.

    • Phoenix est une très bonne alliance qui laisse toute liberté à ces membres, GTX n’a pas suffisamment d’autonomie pour oeuvrer au sein d’un groupe de ce style. Donc GTX n’a pas été à la hauteur.

    • Pour le moment, GTX désire rester sans alliance et ne fera aucun autre commentaire.

  • L'investissement massif sur Chicago ainsi que la très grosse campagne de recrutement vont permettre un développement principalement sur l’Afrique.

    • Bien que n’ayant pas ouvert les appels d’offres reçus, le gestionnaire pense a une enveloppe de plus de deux milliards et demi. Cette somme sera entièrement autofinancée à raison de trois tiers. Un à la commande, un autre tiers à 4 mois de chantier et un dernier tiers à la livraison.

    • Monsieur Truphémus a révélé que plusieurs constructeurs ont pris contact avec lui pour tenter de supprimer la clause de pénalités financières en cas de retard de livraison.. Il a déclaré que cette clause est non négociable et qu’à ses yeux les entreprises incriminées étaient suspectes.

    • Quant à la campagne de recrutement Mr TRUPHEMUS rencontre des difficultés. Il a déclaré que 40% des objectifs était atteint au bout de 3 semaines et qu’il constatait avec ses services une diminution des candidatures. La campagne perdurera jusqu’à la réussite de l’objectif final.

  • Mr Truphémus a déclaré que pendant la phase de construction sur Chicago, GTX ne va pas rester inactif. un nouveau hub sera créé.

    • Il n’a pas voulu nous révéler l’emplacement exact de ce hub. Il a simplement affirmé qu’il serait américain

    • Il a parlé de négociation avec une compagnie qui est une référence mondiale. Malheureusement la décision de quitter Phoenix ne permet pas de poursuivre ces négociations

    • l’ambition de ce nouvel hub est de couvrir l’Europe sur le même principe que Chicago.

  • La dernière partie de l’entretien a été consacrée à l’aspect financier de la gestion de GTX Airlines.

    • Monsieur Truphémus a confirmé qu’il y avait des tensions au sein des investisseurs. Son analyse est la suivante et il n’a pas été tendre. Deux groupes s’affrontent : l’un européen, l’autre américain

      • Les européens se plaignent que les investissements sont trop forts au détriment du rendement des actions. La réponse du dirigeant a été lapidaire “Pauvre Europe ! Sur les 2,1 milliards investis, 2,5 ans plus tard ils ont rapporté 6,8 milliards soit plus de 320 % de rentabilité” et très courroucé il a ajouté “ Le jour où leurs rendements égaleront les nôtres, je me pencherais sur leur problème. En attendant je n’investis pas un dollar dans leurs holdings car avec une mentalité aussi antédiluvienne, la zone Europe n’est pas sortie de l’ornière avant 30 ans et je n’ai pas d’argent a perdre”

 

L’entretien s’est terminé par une évocation d’Henry Ford et de son musée et en particulier d’une machine à vapeur Cail de l’atelier Five à Lille fabriquée il y a 126 ans et qui roule à l’heure actuelle en France. Une ambition future à l’image de Duxford en Angleterre ?